Skip to main content

La grande piste

PATINAGE DE VITESSE LONGUE PISTE

Le patinage de vitesse se pratique sur un anneau de glace de 400 m. On l’appelle communément « grande piste » pour le différencier du short-track, qui lui se pratique en patinoire classique.

Le patinage de vitesse est discipline olympique depuis les premiers Jeux modernes, en 1924.

Les principales distances sont le 100 m, 500 m, 1000 m, 1500 m et 3000m. Les courses d’endurance se courent sur 5000 m chez les dames et 10000 m chez les hommes.

Depuis les Jeux Olympiques de Turin en Italie en 2006, une poursuite par équipe sur 3000m est devenue une épreuve officielle. Les équipes sont constituées de 3 patineurs qui se relayent généralement tous les tours. Sur cette épreuve, il n'y a pas de changement de couloir comme pour les autres distances. La poursuite par équipe est pratiquée aussi bien par les hommes que par les dames.

En patinage de vitesse, ce n’est pas la place qui compte, mais seulement le temps. Les courses se disputent à 2 patineurs, chacun dans un couloir.

Pour des raisons d’équités, à chaque tour les patineurs changent de couloir, dans une ligne droite, afin de parcourir la même distance. Pour le 500 m, qui correspond à une ligne droite plus un tour de piste , est une distance trop courte pour que l’on puisse pratiquer cette manœuvre avec équité. C’est donc une distance qui sera courue deux fois par chaque compétiteur: une fois en position intérieure, une fois à l’extérieur.

Les courses sont impressionnantes de force maîtrisée. La beauté du geste se dispute à la régularité. Les patineurs coulent sur la glace en un mouvement de métronome et d’une aisance qui dissimule toute la puissance et la technicité de la glisse. L’aérodynamisme étant particulièrement importante, les patineurs sont revêtus d’une combinaison à cagoule afin de limiter au maximum les frottements de l’air. Dans la même optique, depuis 1998, est apparue une nouvelle génération de patins, afin de pouvoir bénéficier le plus loin possible de la formidable poussée. Ces patins, appelés « clap » en raison du bruit effectué, ont des lames articulées sur l’avant, ce qui fait qu’à chaque poussée, le talon se désolidarise du patin, pour reprendre sa position initiale ensuite.